Les 7 émotions universelles

7 expressions faciales universelles

A ce jour, il a été montré que 7 familles d’émotions partagent une expression faciale universelle.
Mais qu’entend-t-on exactement par ce terme, « universel » ? On considère qu’une émotion possède une expression faciale universelle si, quelles que soient sa culture ou ses origines, chaque individu à la fois :
- exprime cette émotion de la même manière sur son visage
- et est capable de reconnaître et d’interpréter chez autrui l’émotion derrière cette expression faciale

Ces caractéristiques sont présentes pour les 7 familles d’expressions suivantes:
- La joie
- La tristesse
- La colère
- Le dégoût
- La peur
- La surprise
- Le mépris

Testez vous ! Sur les photographies suivantes, essayez de deviner quelles images représentent quelles émotions universelles (survolez les images avec votre souris pour découvrir les réponses)

Tristesse

Tristesse

Surprise

Surprise

Peur

Peur

Mépris

Mépris

Joie

Joie

Dégoût

Dégoût

Colère

Colère

Qu’ est-ce qu’ une « famille d’émotions » ?

On parle de « famille » d’émotions quand plusieurs émotions qui diffèrent en intensité ou qui sont même de nature différente partagent une expression faciale commune.
Ainsi, le « soulagement » et « l’amusement » par exemple sont deux émotions appartenant à la famille de la joie. Cette famille d’émotion est évidemment caractérisée par une expression faciale qui inclue un sourire, bien que « soulagement » et « amusement » diffèrent en nature et même dans leurs expressions vocales associées.
De même, une famille d’émotion comprend tout le spectre d’une émotion en terme d’intensité. Si nous considérons à présent la famille de la « colère » par exemple, celle-ci comprend ainsi toutes les variations allant d’un léger agacement jusqu’à la rage.

Comment prouve-t-on qu’ une expression est universelle ?

Une idée introduite par Darwin en 1872

Excellente question! En effet, le débat ne date pas d’hier. Darwin a été le premier à affirmer (cf. L’Expression des émotions chez l’Homme et les animaux, 1872 [1]) que les hommes et même les animaux possédaient des expressions comprises par tous pour exprimer certaines émotions de base, indispensables à leur survie. Cette idée allait dans la parfaite logique de sa théorie de l’évolution qui l’avait déjà rendu célèbre à l’époque.

Darwin et l’universalité des émotions oubliés

Darwin n’avait cependant pas pu à son époque recourir à l’analyse systématique pour tester et prouver sa supposition, qui a fini par être considérée caduque. Le début du XXe siècle marque en effet un tournant vis-à-vis de la question de l’universalité des émotions, et l’on considère alors que l’expression de toutes les émotions n’est pas innée mais au contraire acquise culturellement. Tout comme les langues diffèrent d’un pays à l’autre, les expressions faciales des émotions devaient être spécifiques à chaque culture. Et le fait que des Américains et des Japonais expriment la peur par exemple avec une même expression faciale était à l’époque expliqué par l’influence du cinéma hollywoodien ayant popularisé et homogénéisé ces expressions à travers les continents.

Des preuves qui arrivent près d’un siècle plus tard

Il faudra donc attendre près d’un siècle et deux expéditions fondamentales du jeune psychologue Paul Ekman en 1967 et 1968 pour trancher le débat. A ces dates, Paul Ekman se rend en effet en Papouasie-Nouvelle-Guinée auprès de tribus encore isolées et n’ayant eu aucun contact extérieur.

Sur place, le psychologue demande aux individus :
- de reconnaître les expressions d’émotions sur des photographies d’Américains
- de poser certaines émotions

Sur les photographies ci-dessous par exemple, il était demandé à l’individu de poser les situations suivantes : « vous rencontrez un ami que vous aimez » (censé évoquer de la joie), ou encore « vous tombez sur un cochon mort depuis un long moment» (dégoût):

Image description or alternate text.

'Vous rencontrez un ami que vous aimez'

 
Image description or alternate text.

'Vous tombez sur un cochon mort'


Paul Ekman confirme alors l’intuition de Darwin sur l’universalité des expressions de certaines émotions de base.[2][3]
Dernière étape : à son retour aux Etats-Unis, il montre ses films à des étudiants américains, et leur demande de reconnaître les émotions exprimées par les villageois de Nouvelle-Guinée, ce qu’ils n’ont aucun mal à faire.

Enfin, l’étude menée par Friesen V. Friesen en 1972 montra que les expressions produites spontanément par des individus de différentes cultures (en réaction à des films suscitant des émotions spécifiques) correspondaient bien aux expressions posées par les habitants de Nouvelle-Guinée.[4]

Depuis, plus d’une trentaine d’études ont confirmé le caractère universel de 7 familles d’émotions [5], et donné raison à l’intuition de Darwin exprimée près d’un siècle plus tôt !

Références

[1] Darwin, L’Expression des émotions chez l’Homme et les animaux (1872)
[2] Ekman, P., & Friesen, W. V. (1971). Constants across culture in the face and emotion. Journal of Personality and Social Psychology, 17, 124-129.
[3] Ekman, P., Sorenson, E. R., & Friesen, W. V. (1969). Pancultural elements in facial displays of emotion. Science, 164(3875), 86-88.
[4] Friesen, W. V. (1972). Cultural differences in facial expressions in a social situation: An experimental test of the concept of display rules. Doctoral dissertation, University of California, San Francisco.
[5]Matsumoto, D. (2001). Culture and Emotion. In D. Matsumoto (Ed.), The handbook of culture and psychology (pp. 171-194). New York: Oxford University Press.

Copyright 2012