Vidéo: détecter le mensonge grâce à l’imagerie cérébrale ?

13 nov / Vidéo: détecter le mensonge grâce à l’imagerie cérébrale ?

Auteur: Othello (admin)
Commentaire(s): 0
Tags: Pas de tag

IRM fonctionnelle et détection du mensonge

Dans son émission du 11/09/11 consacrée à la détection du mensonge, E=M6 présente ce que beaucoup considèrent comme l’ultime “détecteur de mensonge”: l’IRM fonctionnelle. Mais que penser réellement de ces techniques d’imagerie cérébrale ? L’IRM fonctionnelle peut-elle véritablement servir de parfait détecteur de mensonge ?

Détection du mensonge: le mythe du polygraphe

détection du mensonge par polygraphe

Test au polygraphe

Aussi sophistiquées ces méthodes soient-elles, détecter les mensonges par imagerie cérébrale, thermique ou rythme cardiaque revient dans tous les cas à enregistrer des réactions physiologiques en réponse à des questions incriminantes. Autrement dit, la détection du mensonge par imagerie cérébrale n’est rien d’autre qu’un classique test au polygraphe. Et comme tout test au polygraphe, il présente les mêmes inconvénients:

                                                                                                  

1 L’existence de stratégies simples et efficaces pour “battre” le polygraphe (ou “contre-mesures”)

                      

2 Des fondations théoriques faibles (sur les types de tests les plus répandus, les “CQT”, pour “Comparative Questions Test” en anglais)

                  

3 Le recours à des équipements – très lourds, onéreux et peu naturels dans le cas du recours aux IRM fonctionnelles

Pour autant, les techniques de détection du mensonge par IRM sont-elles bonnes à être oubliées ?

Si les mesures d’activité cérébrale présente les mêmes inconvénients pour détecter les mensonges que le polygraphe classique, elles présentent également les mêmes avantages. Entres autres, et comme expliqué dans notre dossier sur le polygraphe, les tests au polygraphre de type GKT (pour “Guilty Knowledge Test” en anglais) semblent bien plus prometteurs et reposent sur des fondations théoriques reconnues. Réaliser de tels tests grâce à l’imagerie cérébrale devrait donc aussi permettre de répondre à la critque n°2 formulée plus haut, et rendre la détection du mensonge par IRM plus fiable

Pour tout savoir sur la détection du mensonge par utilisation du polygraphe ou sur la fiabilité du polygraphe, rendez-vous sur notre dossier consacré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Copyright 2012